Vendée Globe 2016

  • flebas
  • Hors Ligne
  • Si tu continues tu seras comme John Winning
  • Si tu continues tu seras comme John Winning
Plus d'informations
il y a 2 ans 9 mois #180505 par flebas
Réponse de flebas sur le sujet Vendée Globe 2016

Cédric F écrit: Bref Safran 1 restera comme le bateau qui a été le game changer dans l'histoire de la classe IMOCA. Si l'on refait l'histoire des bateaux importants de l'histoire de la classe, je garderai trois : le Générali de Gautier du premier Vendée Globe qui ouvre l'ère Finot, Safran, et Hugo Boss.

Le premier Generali avait la griffe Finot mais je ne suis pas sûr qu'il marchait si bien que ça. Je suis d'accord pour Safran, qui a tout gagné après son premier VG, une fois fiabilisé. Hugo Boss n'est pas un game changer à mon avis, même s'il va vite. Thomson a fait un bon coup aux Canaries, mais il aurait aussi bien pu perdre 200 milles. Et pour le reste de la course, n'oublions pas que banque populaire n'avait plus de J1 et que Le Cléac'h ne tirait pas trop sur son bateau de peur de péter les autres hooks.
En game changer, je mettrais le premier IMOCA à quille basculante, mais je ne sais pas lequel c'était. Et Aquitaine Innovations, avec le premier mat aile avec les outriggers, et le concept ultra léger.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 2 ans 9 mois #180507 par erriep
Réponse de erriep sur le sujet Vendée Globe 2016

flebas écrit: Le premier Generali avait la griffe Finot mais je ne suis pas sûr qu'il marchait si bien que ça. Je suis d'accord pour Safran, qui a tout gagné après son premier VG, une fois fiabilisé. Hugo Boss n'est pas un game changer à mon avis, même s'il va vite. Thomson a fait un bon coup aux Canaries, mais il aurait aussi bien pu perdre 200 milles. Et pour le reste de la course, n'oublions pas que banque populaire n'avait plus de J1 et que Le Cléac'h ne tirait pas trop sur son bateau de peur de péter les autres hooks.
En game changer, je mettrais le premier IMOCA à quille basculante, mais je ne sais pas lequel c'était. Et Aquitaine Innovations, avec le premier mat aile avec les outriggers, et le concept ultra léger.


1ere quille basculante: Ecureuil Poitou Charente, plan Berret d'Isabelle Autissier

Générali n'a pas très bien marché au VG à cause d'un gréement défecteux (barre de flèche) et des pilotes récalcitrants. De plus il n'avait pas de double safran et était assez lourd (aluminum)
Groupe Sceta (en sandwich verre) et surtout Geodis (tous les 2 pour C. Auguin) ont été des marqueurs de l'évolution. Geodis misait aussi beaucoup sur la puissance et la légèreté.

Voltige Waszp 2158
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: flebas

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 2 ans 9 mois #180514 par Cédric F
Réponse de Cédric F sur le sujet Vendée Globe 2016

erriep écrit:

flebas écrit: Le premier Generali avait la griffe Finot mais je ne suis pas sûr qu'il marchait si bien que ça. Je suis d'accord pour Safran, qui a tout gagné après son premier VG, une fois fiabilisé. Hugo Boss n'est pas un game changer à mon avis, même s'il va vite. Thomson a fait un bon coup aux Canaries, mais il aurait aussi bien pu perdre 200 milles. Et pour le reste de la course, n'oublions pas que banque populaire n'avait plus de J1 et que Le Cléac'h ne tirait pas trop sur son bateau de peur de péter les autres hooks.
En game changer, je mettrais le premier IMOCA à quille basculante, mais je ne sais pas lequel c'était. Et Aquitaine Innovations, avec le premier mat aile avec les outriggers, et le concept ultra léger.


1ere quille basculante: Ecureuil Poitou Charente, plan Berret d'Isabelle Autissier

Générali n'a pas très bien marché au VG à cause d'un gréement défecteux (barre de flèche) et des pilotes récalcitrants. De plus il n'avait pas de double safran et était assez lourd (aluminum)
Groupe Sceta (en sandwich verre) et surtout Geodis (tous les 2 pour C. Auguin) ont été des marqueurs de l'évolution. Geodis misait aussi beaucoup sur la puissance et la légèreté.


J'ai mis Hugo Boss dans ma liste parce que les foils sont pour moi une vraie (r)évolution et qu'il est le bateau le plus avancé sur ce point.
Sur le Générali, il est évident que le groupe Sceta, puis Geodis étaient des magnifiques bateaux mais en termes de dessin ils ne sont que la continuité de Generali.
Sur Aquitaine innovation, il y a certes le mât aile mais bon... Il faut faire des choix.
Là ou je vous rejoins c'est sur le bateau d'Autissier. Evidemment, il a été un vrai game changer.

Breizh Skiff Project, YCCarnac.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 2 ans 8 mois #180685 par Derviche
Réponse de Derviche sur le sujet Vendée Globe 2016
Lettre ouverte à Jean Le Cam de Fabrice Amedeo:
www.reportersdularge.com/lettre-ouverte-a-jean-le-cam/

Pour moi c'est symptomatique de la difficulté de Le Cam a ne pas trouver de sponsors et de s'en plaindre .... :evil:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 2 ans 8 mois #180686 par Cédric F
Réponse de Cédric F sur le sujet Vendée Globe 2016
Ouais... Après ne soyons pas dupes non plus Fabrice Amédéo se fait un coup de pub aussi.;) ;)

Breizh Skiff Project, YCCarnac.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 2 ans 8 mois #180687 par Derviche
Réponse de Derviche sur le sujet Vendée Globe 2016

Cédric F écrit: Ouais... Après ne soyons pas dupes non plus Fabrice Amédéo se fait un coup de pub aussi.;) ;)

pour un marin qui vient de passer plus de 80/100 jours dans un isolement 'presque' total, le dicton : tourner 3 fois sa langue dans sa bouche avant de s'exprimer' doit être revu et corrigé :P
Nous voila de retour 40 ans en arrière avec le rejet des vieux marins d'un certain Alain Colas .... l'histoire a choisi son camp ....

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 2 ans 8 mois #180688 par Cédric F
Réponse de Cédric F sur le sujet Vendée Globe 2016
Qu'il y ait une querelle intellectuelle sur l'avenir du Vendée Globe on le savait. Qu'il y ait de sacrées jalousies vis à vis de Fabrice Amédéo ce n'est pas nouveau. Reste que tout se petit monde s'entretient...

Breizh Skiff Project, YCCarnac.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 2 ans 8 mois #180693 par celtica
Réponse de celtica sur le sujet Vendée Globe 2016
Les commentaires de Jean Le Cam et de Fabrice Amédéo sont aussi tristes les uns que les autres.Chacun a du mérite et a fait du bon boulot selon ses moyens et ses compétences. Pour ma part, j'ai suivi Eric Bellion qui lui au moins prône la tolérance....
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: La Marmotte

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Thierry
  • Portrait de Thierry
  • Hors Ligne
  • Si tu continues tu seras comme John Winning
  • Si tu continues tu seras comme John Winning
  • Skiffeur virtuel
Plus d'informations
il y a 2 ans 8 mois #180695 par Thierry
Réponse de Thierry sur le sujet Vendée Globe 2016
Et Jean Le Cam était hier aux Sables pour accueillir Alan Roura, le skipper Suisse... Alors fausse polémique ou vraie “ségrégation“ vis à vis d'un marin (Amédéo) qui n'est pas du sérail?

Lyman N°55055 - 1958
Guépard N°114 - 2012
Site Web: www.tgmp-architectes.fr

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 2 ans 8 mois #180698 par Cédric F
Réponse de Cédric F sur le sujet Vendée Globe 2016
Tout cela n'est que du cirque avec des individus qui jouent des rôles font du théâtre et qui cherchent le buzz. Ce qui n'enlève rien à la performance qu'ils font.
Je dois le dire Jean Le Cam m'a gonflé sur ce Vendée Globe. Il et devenu sa propre caricature.
Eric Bellion... Ouais... le côté un peu babacool.
Fabrice Amédéo : il se trouve que lorsque j'étais ado/jeunes adultes, j'ai passé quelques vacances au ski avec lui. Je ne me souviens pas de grand chose de lui si ce n'est que le type était déjà extrêmement brillant. Et la manière dont il a mené son projet le montre et le prouve. Après par son métier, il connait parfaitement les codes de la communication, du buzz etc. Et bien il a parfaitement saisi l'opportunité de se faire du buzz (et de bien le faire) sur le dos de Jean Le Cam qui l'avait bien cherché.
Aujourd'hui c'est tout pour le petit Suisse. De quoi parle-t-on ? De sa barbe...

Non finalement, les seuls qui ne sont pas décevants ce sont les purs sportifs, les purs régatiers. Leurs performances suffisent à les faire exister !

Breizh Skiff Project, YCCarnac.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Thierry
  • Portrait de Thierry
  • Hors Ligne
  • Si tu continues tu seras comme John Winning
  • Si tu continues tu seras comme John Winning
  • Skiffeur virtuel
Plus d'informations
il y a 2 ans 8 mois #180705 par Thierry
Réponse de Thierry sur le sujet Vendée Globe 2016
Ah tu es un petit peu cruel... La dimension aventurier est consubstantielle du Vendée Globe, comme elle l'était dans les premières Withbread, façon 33 Export et TAbarly.
La Volvo a complétement fait disparaitre cette dimension et la dimension sportive est indiscutable en terme de performance et de haut niveau. Mais le succès populaire???
En revanche le VG est, à cause de cette dimension aventurier un immense succés populaire (il n'y a qu'à voir les accueil d'hier et d'aujourd'hui...)

Voilà ce qu'écrit PYL dans sa lettre hebdomadaire Tip & Shaft, avec l’interview de Jacques Caraes, Alain Gautier et Vincent Riou:

Moins d'abandons que prévu. Si les 8 marins encore en mer finissent, ce cru 2016-2017 sera dans la moyenne basse des abandons avec 11 sur 29 partants, soit 62% des marins à l’arrivée. Et parmi les très petits budgets (plus ou moins 500 000 euros) ou projets de dernière minute, un seul n’est pas allé au bout, celui de l’Irlandais Enda O’Coineen. Une surprise ? "Pour être franc, oui, répond, aussi surpris que soulagé, Jacques Caraës. Beaucoup de bateaux finissent alors qu’on aurait pu imaginer qu’ils n’iraient pas très loin, parce qu’ils avaient eu une préparation tardive et très peu de moyens. Je pense notamment à Alan Roura, qui bricolait jusqu’au dernier jour sur des choses assez essentielles et avait à peine vu ses voiles neuves." Vincent Riou se montre de son côté moins surpris par le relativement faible taux d’abandon : "Le risque d’abandon vient de deux choses : du niveau technologique des bateaux et de la manière de les mener. Ceux qui sont plus dans la catégorie des aventuriers ont des bateaux de générations anciennes mais assez robustes, et ils ne les mènent pas au même niveau de performances que ceux qui jouent la gagne."
Les révélations. Parmi les marins partis avec pour simple ambition de boucler la boucle, certains ont favorablement surpris nos experts. "Au départ, ça daubait pas mal sur Sébastien Destremau, et même s’il va mettre du temps à arriver, il est sur la route du retour", souligne Alain Gautier, qui tient à mettre en avant "le remarquable état d’esprit" affiché par des skippers comme Eric Bellion, Alan Roura, Romain Attanasio ou Conrad Colman, le Néo-Zélandais dont il dit : "On l’a toujours vu déterminé et souriant, rarement abattu alors qu’il a eu son lot de galères. Même chose pour Eric Bellion, alors qu’on se demandait au bout de trois semaines de mer où il s’arrêterait, ce sont de belles révélations." Qui pourraient profiter de ce Vendée Globe initiatique pour monter en grade lors des prochaines éditions (pas Bellion qui ne compte pas remettre ça), comme les néophytes du Vendée précédent, Tanguy de Lamotte et Louis Burton. "Ce premier Vendée Globe était une chance pour eux d’exister, peut-être que demain, ça va leur permettre d’accéder à des bateaux plus compétitifs et tant mieux, ils ont montré qu’ils étaient capables", estime Jacques Caraës qui s'avoue bluffé par Alan Roura.
Trop d’aventuriers ? S’il se montre ravi de voir autant de skippers à l’arrivée, Vincent Riou regrette que le Vendée Globe accueille plus d’aventuriers que de compétiteurs. "Moins de 50% viennent pour la gagne et la compétition de haut niveau, il ne faudrait pas que ça s’amplifie encore. Je trouve qu’il n’y a pas assez de jeunes qui viennent faire du sport sur le Vendée Globe. Ce qui fait sa richesse, c’est que ça reste une course de haut niveau, c’est aussi cet aspect qui donne une vraie valeur à la performance des aventuriers." Alain Gautier n’est pas forcément d’accord, rappelant d’abord que PRB, le sponsor de Riou, a débuté sur le Vendée Globe 1992 au côté de Jean-Yves Hasselin, dernier en 153 jours. Et le vainqueur de ce même Vendée Globe, d’ajouter : "Vincent pense sport, mais s’il n’y avait que de la compétition, cela n’intéresserait que 20% des gens qui s’intéressent au Vendée Globe aujourd’hui. Il ne faut pas se leurrer : la voile ne sera jamais un sport populaire, c’est la dimension aventure qui attire. Et s’il y avait 20 projets gagnants, 15 seraient déçus et ne reviendraient pas forcément. Là, cette année, il y a quatre divisions, c'est peu-être une de trop, mais je pense que chacun va retomber sur ses pattes en termes de retour sur investissement."
Trop d’écart ? D’après les derniers routages, Sébastien Destremau pourrait finir entre le 9 et le 11 mars, soit en 125 jours environ, une cinquantaine de plus que le vainqueur Armel Le Cléac’h, un écart entre le premier et le dernier qui, en proportion, serait le deuxième plus important après celui de l’édition 2000/2001. "La fracture s'amplifie", constate Vincent Riou. Trop ? "Probablement, en convient Jacques Caraës, c’est dû en bonne partie au fait que certains bateaux ont 19 ans de différence. Il faudra sans doute diminuer cet écart. Là, on avait quasiment quatre groupes, peut-être que trois c’est mieux." L'une des pistes d'ores et déjà évoquée serait de mettre une limite d’âge aux bateaux : "Ce serait assez cohérent pour 2020 que l'Imoca limite l'inscription au Vendée Globe aux bateaux mis à l'eau après 2005", poursuit le directeur de course, par ailleurs assez d'accord avec les skippers qui, comme Vincent Riou, demandent de relever le niveau de qualification. "C’est vrai que certains ont continué leur préparation pendant le Vendée Globe, c’est peut-être ce qu’il faut éviter. On a qualifié des gens en double par la Jacques-Vabre et 1500 milles en solo, ce n’est pas assez." Des premières pistes en vue du prochain Vendée Globe…

Lyman N°55055 - 1958
Guépard N°114 - 2012
Site Web: www.tgmp-architectes.fr

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 2 ans 8 mois #180710 par Cédric F
Réponse de Cédric F sur le sujet Vendée Globe 2016
Je n'ai jamais dit qu'il ne fallait plus "d'aventuriers" dans le Vendée Globe. Au contraire, comme toi, je pense qu'elle est consubstantielle à cette épreuve. La position des Riou, des Le Cam et compagnie me choque d'autant plus qu'ils ont besoin de ces gens là pour exister. Je dis juste que tout aventurier qu'ils soient, ils sont dans une recherche de buzz pour exister médiatiquement. Il se décrètent "aventuriers" mais la recherche du buzz me semble pour le coup antinomique avec la notion d'aventurier. J'aime assez l'approche de division qui me semble juste.
Sur le succès populaire... Oui vu de France. mais l'enjeu du Vendée Globe c'est l'internationalisation de l'épreuve. Et en termes de retombées, le Vendée est encore très loin de la Volvo.

Breizh Skiff Project, YCCarnac.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 2 ans 8 mois #181025 par Cédric F
Réponse de Cédric F sur le sujet Vendée Globe 2016
A l'heure ou le dernier va franchir la ligne d'arrivée petite interview d'Armel Le Cleac'h :
www.lemonde.fr/voile/article/2017/03/10/armel-le-cleac-h-le-vendee-globe-doit-se-professionnaliser_5092497_1616887.html

Breizh Skiff Project, YCCarnac.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Fréd
  • Portrait de Fréd
  • Hors Ligne
  • Moderator
  • Moderator
  • Imitations come and go... but 14s are forever!
Plus d'informations
il y a 2 ans 8 mois #181035 par Fréd
Réponse de Fréd sur le sujet Vendée Globe 2016

azerty écrit: Sebastien Destremeau, "6 titres mondiaux et 3 titres européens en Flying Dutchman".

Le haut niveau globalisé fait homme !

Il faisait essentiellement le lest ou il était à la barre ? Parce que le moins que l'on puisse dire, c'est que son Vendée, pour un voileux de haut niveau, a été particulièrement laborieux. Ou alors c'est parce que je n'avais déjà pas une très bonne image du bonhomme avant même le départ et que les 4 derniers mois n'ont pas arrangé grand-chose...

Fréd
Le nouveau Croc' est arrivé, vraiment heureux de retrouver tout le monde sur l'eau !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 1 an 3 mois #186422 par Derviche
Réponse de Derviche sur le sujet Vendée Globe 2016
Lu sur le site de la BBC le décès du navigateur Tony Bullimore, comme beaucoup de ces marins du VG des vies toujours à part ...
Reposez en paix Mr. Bullimore
www.bbc.co.uk/news/uk-england-bristol-45016915

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 1 an 3 mois #186424 par Cédric F
Réponse de Cédric F sur le sujet Vendée Globe 2016

Derviche écrit: Lu sur le site de la BBC le décès du navigateur Tony Bullimore, comme beaucoup de ces marins du VG des vies toujours à part ...
Reposez en paix Mr. Bullimore
www.bbc.co.uk/news/uk-england-bristol-45016915


Des amis Anglais m'ont appris la nouvelle hier. Tony Bullimore est devenu connu du grand public pour sa rocambolesque aventure du Vendée Globe 1996 mais selon moi il n'est pas réductible au fait d'être un marin du Vendée Globe bien au contraire. Il y a deux choses à retenir de sa vie.
La plus importante, sur le plan social, dans sa ville de Bristol, il aura oeuvre pour la musique, la fête et l'intégration de la communauté noire notamment à travers son night club qui a reçu les stars de la musique de l'époque et notamment le grand Bob. Son mariage avec une antillaise et son action pour l'intégration de la communauté dans une société anglaise traditionnelle très refermée sont l'illustration que cet homme qui était tout sauf un nanti était un révolutionnaire dans l'âme.
Et son côté révolutionnaire dans l'âme s'illustre à travers 3 bateaux :
- Il fut le propriétaire de Toria, le trimaran des années 60 qui convainquit Tabarly de construire le Pen Duick IV. C'est dire si ce bateau fût révolutionnaire !
- Il fut le propriétaire de Apricot multicoque de 60 pieds sur plan Irens qui gagna tout en 1985 avant de finir sur les rochers de Brest peu après le départ de la route du rhum. Ce trimaran est le père de tous les multicoque de la fin des années 80 et 90. Avec Parangon, autre tri génial il marque le retour des trimarans océaniques quand les Français préféraient alors les catamarans.
-Enfin, il fut le propriétaire de Spirit of Apricot, le plus radical des trimarans Orma de la fin des années 80. Ce trimaran reste pour moi le plus beau et la référence de tous les trimarans construits entre 1990 (Pierre 1er, RMO) et la fin de la jauge ORMA.
Ce personnage haut en couleur si éloigné de l'establichement du yachting britannique a donc été le grand monsieur anglais du multicoque océanique mais les révolutionnaires se plantent parfois : son aventure dans la classe IMOCA, des bateaux à une seule coque, n'aura pas été une réussite avec un bateau, exide challenger, qui, sur le papier, avait plein de choses intéressantes mais s'est révélé une sacrée bouse...

Sacré bonhomme que ce type qui avait d'autant d'ennemis que d'amis...

Breizh Skiff Project, YCCarnac.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: lolo, Alexandre 38

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Sudiste
  • Portrait de Sudiste
  • Absent
  • Gold skiffer
  • Gold skiffer
  • touriste
Plus d'informations
il y a 1 an 3 mois #186426 par Sudiste
Réponse de Sudiste sur le sujet Vendée Globe 2016
Il m'avait embarqué sur Apricot hors régate, enrichissant. Bon vent à lui.

laser 4000 4575

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.333 secondes